slide-vacavril18

Stages radio/journalisme vacances d’Avril 2018 pour les jeunes de 9 à 13 ans

Pour les vacances d’Avril 2018 Radio Sommières (radio pédagogique des Francas du Gard), propose aux jeunes de 9 à 13 ans deux stages de découverte de la radio et du journalisme.

Au programme : Interviews, émissions en direct, micro-trottoir, rencontres, découverte de la technique…

  • Stage 1 : 19 et 20 Avril 2018 pour les jeunes de 9 à 13 ans «Dans la peau d’un Makers » Répare avant de jeter !
  • Stage 2 : 25 et 26 Avril 2018 pour les enfants de 9 à 13 ans « Dans la peau d’un enquêteur »

 Horaire/journée : de 14h à 18h

Les Déplacements se feront en minibus, et le stage sera encadré par deux animateurs de la radio.

Départ et retour du stage à Sommières espace Lawrence Durell au studio de Radio Sommières.

Les stages sont  ouverts à 7 jeunes. Prix du stage : 30 euros

Pour plus d’informations et inscription n’hésitez pas à nous contacter au 06.46.38.36.85 ou à contact@radio-s.fr

Cordialement – L’équipe de Radio Sommières

 

slide17

Festival AUX SONS – 13 et 14 Avril 2018 Christine Salem et La Yegros

Détours du Monde #AuxSons – Vendredi 13 & Samedi 14 avril
LA DIVERSITE ? CA PASSE AUSSI PAR LA MUSIQUE
En partenariat avec Les scènes Croisées de Lozère

Vendredi 13 avril
1ère partie : 4 LANDS – France × Réunion
Autour Du Trio Zephyr & Germain Lebot
Sortie de résidence dans le cadre du +SiLO+
Passionnées par les échanges artistiques, le Trio Zephyr n’a jamais quitté l’idée d’une création plus approfondie associant la percussion à leur musique. Elles rencontrent en 2015, par le biais d’une collaboration artistique le batteur percussionniste Germain Lebot avec lequel les affinités musicales se sont révélées évidentes.
Originaire de la Réunion, Germain Lebot est un compositeur et multi instrumentiste (batterie, percussions, kora et chant) qui fait partie de cette jeune génération de musiciens acteurs de la musique réunionnaise actuelle qui portent le terreau fertile de la langue créole et du Maloya. Après dix ans d’éloignement de son île et de nombreux aller-retours, l’envie de partager sa « créolité » est alors apparue comme une nécessité. Le mariage du trio à cordes issu de la culture classique occidentale et des percussions traditionnelles crée un contraste culturel riche de complémentarité qu’ils ont envie d’explorer. Au cœur des cordes, les voix s’immiscent, jouant des syllabes, des harmonies, des timbres et des polyrythmies dans un langage tantot imaginaire tantot en créole. Cette nouvelle création ira explorer les rythmiques des pays de l’Est mais aussi les modes orientaux de l’Inde et du Magreb, ainsi que la criolité de la Réunion.

CHRISTINE SALEM – Réunion
Parfois, un artiste fait ce qu’il veut. Dans l’histoire de la musique, cela donne des albums solo venant après une vie de groupe, des échappées acoustiques, des expériences autarciques, des moments d’apesanteur. Chez Christine Salem, c’est Larg pa lo kor.
« J’avais envie d’aller au bout de mes envies », avoue-t-elle avec une limpide sincérité. Cette envie de ses envies, c’était par exemple de composer à la guitare ou au piano, d’aller vers le blues, la chanson, la parole, la mélodie, l’harmonie. De laisser derrière elle toute habitude, tout devoir, toute obligation.
Pourtant, elle est une des voix les plus reconnues du maloya de la Réunion, une musicienne qui souligne avec une vigueur saisissante les racines malgaches ou comoriennes de sa culture. Et, pour son sixième album, elle a voulu travailler autrement. « Je n’ai pas de « vraie » formation musicale, je ne sais pas lire la musique, je joue d’oreille. Et, quand on reste dans la tradition, on respecte instinctivement un certain nombre de choses. Alors, quand mes musiciens – qui connaissent beaucoup mieux la musique que moi – me disaient « d’habitude, on ne joue pas ça comme ça », je leur disais : « Non, on ne retourne pas là-bas, on reste ici ! »
Cet « ici » tout neuf de Christine Salem est une musique à la fois enracinée et libre, aussi intérieure que généreuse, résolument ouverte et sereinement idiosyncrasique.

Samedi 14 avril
1ère partie : Le TRIO ZEPHYR – FRANCE
Marion, Delphine et Claire ont en commun leur frénésie de la création et l’envie, par les cordes et les voix, de bousculer les frontières, les idées, les jeux et les genres. Nourri par cette synergie singulière, le trio cherche, invente et explore spontanément, passionnément. Il s’aventure dans l’univers des musiques du monde, s’inspire ici et là et mêle dans une inventivité très personnelle les codes musicaux : ceux du jazz, terrain de l’improvisation, ceux de la musique de l’Est marquée par la sensualité des rythmes, ceux des pays d’orient, emprunts de douceur et d’hypnose.
En toile de fond, la rigueur du classique et l’originalité de la création contemporaine. En supplément, l’intimité d’une musique de chambre au féminin, totalement revisité. Elles s’inspirent pour leur dernier album de la thématique du voyage en train et de la rêverie poétique qui l’entoure.

LA YEGROS – Argentine
La Yegros « Reine de la Nu Cumbia » est de retour en Europe avec un nouveau spectacle dans lequel elle présentera quelques morceaux de son prochain album prévu à l’automne.
Après Viene de Mi paru chez Parlophone et Magnetismo, chez Soundway Records, La Yegros sortira son troisième album produit par le légendaire producteur argentin King Coya (directeur musical et compositeur de Fuerza Bruta et De La Guarda), avec des collaborations inédites telles que le producteur hollandais Jori Collignon de Skip&Die ou bien encore Eduardo Cabra de Calle 13. Les majorités des chansons sont écrites par La Yegros, on y retrouvera toutefois la magie du compositeur Daniel Martin, auteur du hit Viene de Mi.
Dans la vie, La Yegros réside entre deux endroits distincts – le sud de la France, et le coeur palpitant de Buenos Aires. Mais sa
famille est originaire des forêts tropicales du nord rural d’Argentine, à la frontière du Brésil.
Son premier album a attiré l’attention, notamment de NPR, Time Out, The Guardian ou encore Libération. Il s’en est suivi un tour du monde, en passant par les scènes des plus grands festivals (Way Out West, Transmusicales…).
Son deuxième album lui a permis d’étendre sa notoriété et ouvert les portes d’évènements comme Chill Out Festival (Turquie).

+ La primaire des vins
choisissez les vins à déguster lors du festival #15
+ révélation des premiers artistes 2018
+ sortie de l’affiche Festival Détours du Monde #15
+ Radio Rumeurs du Monde spécial #auxsons

1 soirée : 12€ – 15€ / 6€ (Enfant) – 9€ (Réduit)
Pass deux soirées : 20€ – 25€

RENSEIGNEMENTS & RESERVATIONS
Sur le site des Scènes Croisées de Lozère
www.scenescroisees.fr – 04 66 65 75 75

Laissez votre voiture à la maison et laissez-vous guider. C’est GRATUIT ! Attention ! Réservation 5 jours avant le spectacle au 04 66 65 75 75. Il faut impérativement acheter sa place au préalable pour réserver un déplacement en bus

slide16

10 ans de la Trombe – 5 Mai 2018

DUO de ses 10 ANS la TROMBE vous régale les mirettes, les papilles et les Tympans. Samedi 5 Mai 2018 de 17h à 1h au Quai des Arts « Kedez » Ancienne gare de Sommières

 

slide15

34e Festival de Cinéma Traversées 30 Mars au 8 Avril 2018

Cinéma et audiovisuel

Du 30 mars au 8 avril – Lunel et autres – Festival gratuit

L’association « Pêcheurs d’Images » oeuvre depuis 33 ans pour l’intégration et la lutte contre les discriminations. Le cinéma, art populaire par excellence, est ainsi envisagé comme un vecteur de dialogue interculturel et un outil de compréhension du monde. Depuis sa création, le festival Traversées montre ainsi un cinéma exigeant et novateur, permettant de multiples rencontres entre le public et les invités (cinéastes, acteurs, techniciens etc). En 2017, le festival a accueilli 15 200 spectateurs, 13 000 en 2016. Nous espérons faire encore mieux lors de la 34e édition, en 2018, tout en maintenant l’exigence cinématographique et la Rencontre sous toutes ses formes comme objectifs majeurs.

Temps forts

Neuf jours de célébration du cinéma sous toutes ses formes, avec une cinquantaine de films proposés !
Cette 34e édition se déroulera du 30 mars au 8 avril 2018 au cinéma Athénée de Lunel, ainsi qu’à la salle Brassens, la médiathèque inter-communale, et dans les villages de la communauté de communes.
Comme les années précédentes, le festival propose un panorama du cinéma méditerranéen.
De plus, la thématique 2018 sera « Occitanie, territoire de cinéma » ou comment les cinéastes, en choisissant ces décors, ces paysages et ces lumières, ont mis en scène notre région.
Retrouvez aussi la compétition de courts-métrages, des séances Jeune Public, le cinéma dans les villages, des expositions variées, des animations, des rencontres, etc.